Centre hospitalier universitaire vaudoisCHUV Unisanté – Centre universitaire de médecine générale et santé publique – Lausanne

Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) - Unisanté

MISSIONS

Le CHUV répond aux besoins de la population de l’agglomération lausannoise en tant qu’hôpital de premier recours et assure les traitements dans toutes les spécialités médicales, y compris la psychiatrie. Il est l’hôpital de référence du canton pour les patients qui nécessitent des soins spécialisés et joue un rôle pionnier sur le plan suisse et international dans des domaines d’excellence reconnus. Le CHUV assure aussi des missions de médecine et santé communautaires et soutient les efforts en matière de prévention et de santé publique.

Unisanté, centre universitaire de médecine générale et santé publique est actif dans la recherche, la formation académique, la prévention et les soins. Novateur et unique en Suisse, il favorise l’interdisciplinarité ainsi que l’union de compétences engagées autour des enjeux de santé.

Le 1er janvier 2019, la Policlinique médicale universitaire, l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive, l’Institut universitaire romand de santé au travail et l’association Promotion santé Vaud, ont fusionné. Le 1er janvier 2020, la Fondation vaudoise pour le dépistage du cancer a également rejoint Unisanté.

Les défis qu’Unisanté s’applique à relever sont nombreux et dans quatre domaines principaux:

  1. la promotion de la santé et la prévention: développer de nouveaux programmes proches des citoyens et de leurs préoccupations. Il s’agit aussi de renforcer l’analyse des liens entre l’environnement (physique, chimique, travail) et la santé
  2. le renfort de la première ligne de soins et le développement des compétences des professionnel·le·s dans le domaine de la santé communautaire
  3. l’accès aux soins et les réponses à donner aux besoins de santé de populations plus vulnérables
  4. le développement des capacités d’analyse, de pilotage et de financement du système de santé

Unisanté a en outre une mission essentielle en termes d’enseignement et de recherche dans les domaines définis.

Au cours des dernières années, ces deux institutions ont développé une expertise importante dans la prise en charge de la diversité et mis en place de nombreuses stratégies, structures de soins et programmes d’enseignement et de recherche. Dès 2010, dans le cadre de leur participation au projet MFH/SH4E, elles se sont engagées à améliorer et standardiser des réponses dans ce domaine. Les principales missions définies étant de développer les compétences transculturelles de leur personnel, faciliter le recours à l’interprétariat communautaire, améliorer l’accès et la qualité des soins en santé mentale pour les patients migrants et promouvoir l’équité en santé.

Centre hospitalier universitaire vaudois
Rue du Bugnon 21
CH-1011 Lausanne, Vaud, Suisse
Tel: +41 21 314 1111
www.chuv.ch

Unisanté
Route de Berne 113
CH-1010 Lausanne, Vaud, Suisse
Tel: +41 21 314 6060
www.unisante.ch

CONTACT
Depuis 2010, le projet Migrant Friendly Hospitals (MFH)/Swiss Hospitals for Equity (SH4E) a été conduit et dirigé conjointement par le Département de psychiatrie, le Département de médecine du CHUV et le Département Vulnérabilités et médecine sociale d’Unisanté.

Personnes de contact

Prof. Patrick Bodenmann est le chef du Département Vulnérabilités et médecine sociale à Unisanté ainsi que le Vice-doyen de l’enseignement et de la formation de la Faculté de biologie et de médecine à Lausanne.  patrick.bodenmann@unisante.ch

Dr Felicia Dutray, médecin psychiatre au Département de psychiatrie du CHUV où elle est responsable de l’Unité départementale Psy&Migrants.  felicia.dutray@chuv.ch

Au CHUV, 60’000 patients, soit près de 40% des patients, ne sont pas de nationalité suisse et représentent environ 80 nationalités. A la PMU, cette proportion atteint près de 50%. Au cours des vingt dernières années, ces deux institutions ont développé un important savoir-faire pour répondre à la diversification sociodémographique de sa patientèle. Diverses unités, formations, consultations et équipes spécialisées se sont mises en place dans différents départements et services. Parmi elles, l’Unité Psy&Migrants (DP/CHUV), le Centre des Populations Vulnérables (PMU) mais aussi la Commission Populations Sociales (CHUV/PMU), l’Unité de soins aux migrants (PMU), l’Unité de gynécologie psycho-sociale (DGOG/CHUV), ou encore les consultations communautaires et transculturelles de l’Hôpital de l’Enfance, qui tentent de répondre aux lacunes cliniques mais aussi administrato-financières de la prise en charge de la patientèle migrante et/ou vulnérable de l’institution.

Depuis 2010, le CHUV et la PMU font par ailleurs partie des cinq hôpitaux suisses impliqués dans le projet Migrant Friendly Hospitals (MFH) soutenu par l’OFSP. Le projet est conduit conjointement par le Département de psychiatrie, et le Département de médecine et santé communautaires et la PMU. Les réalisations proposées dans ce cadre s’adressent à une variété de corps de métiers et se développent principalement dans les domaines de l’interprétariat, de la santé mentale et de la formation.

En savoir plus sur l’institution et son offre :

CHUVDépartement de psychiatrie du CHUVDépartement de médecine et santé communautaires du CHUV; Unité Psy&Migrants du Département de psychiatrie du CHUV; Département médico-chirugical de pédiatrie – Hôpital de l’EnfanceUnité de gynécologie psycho-sociale du DGOG/CHUV; Policlinique médicale universitaireUnité de soins aux migrants (USMi) de la PMUCentre des populations vulnérables de la PMUCommission des Populations Sociales CHUV/PMU

L’amélioration des compétences cliniques transculturelles – soit la capacité à offrir une prise en charge de qualité à des patients d’origine socioculturelle diverse – par un développement de l’accès et de la qualité des formations proposées, est un objectif central des réalisations menées au CHUV et à la PMU.

Une étude interne menée en 2010 a montré que plus de 60% du personnel médical et infirmier ne se sent pas compétent pour identifier les habitudes socioculturelles qui peuvent avoir un impact sur les soins prodigués. Autre lacune mise en avant : l’accès aux formations qui permettent de répondre de manière ciblée est plus aisé pour le corps médical que pour le corps infirmier. De plus, les possibilités de suivre un enseignement spécialisé sont limitées à certains départements. Conséquence: près de 50% des cliniciens n’ont jamais été sensibilisés aux thématiques qui relèvent de la prise en charge de la diversité socioculturelle.

Parmi les réalisations proposées, l’adaptation continue des formations post-graduées pour les médecins de la PMU et pour les étudiants de la Faculté de médecine de l’UNIL/CHUV. Mais aussi le développement de nouvelles formations pour les infirmier-ère-s et les médecins de l’ensemble des services du CHUV, sur demande des équipes. Dans cet objectif, une collaboration a été mise en place avec le Disparities Solution Center du Massachusetts General Hospital de Boston et avec l’Unité de pédagogie médicale de la FBM/UNIL.

En savoir plus : rubriques médias/publications

Personnes de contact : patrick.bodenmann@hospvd.ch

Un des objectifs prioritaires du projet MFH/SHE a été d’améliorer les pratiques d’interprétariat dans les consultations. Différentes enquêtes ont été menées sur les pratiques au CHUV et à la PMU en 2010. Premier constat: dans les situations qui l’exigent, le recours à des interprètes professionnels ne se fait pas de manière systématique. Dans un tiers des cas, c’est encore la famille du patient ou le personnel multilingue qui est sollicité.

Les réalisations actuelles pour corriger cette situation se placent à différents niveaux. Entre autres activités, la mise à jour et la diffusion auprès des collaborateurs des directives, le pilotage d’un module de formation à destination des interprètes non professionnels de l’institution (collaborateurs plurilingues); la création de matériel pédagogique dédié à l’apprentissage du trialogue en consultation, mais aussi la recherche de financements dédiés pour les prestations d’interprétariat et les activités de soutien à l’interprétariat. A terme, un poste de coordinateur devrait être créé pour visibiliser, actualiser et renforcer ce domaine sur le terrain.

Partenaires du CHUV pour l’interprétariat professionnel : AppartenancesService national d’interprétariat téléphonique AOZ

Personne de contact : orest.weber@chuv.ch

L’amélioration de l’accès aux soins des patients migrants présentant des troubles psychiques est un troisième point central des développements dans le domaine mis en place au CHUV.

La barrière linguistique n’est pas la seule à interférer dans la prise en charge des patients migrants. Leur vécu, parfois traumatisant, leur culture d’appartenance ou leurs conditions de vie en Suisse doivent être appréhendés au plus près. A ce jour, plus de 60% du personnel médical et infirmier ne se sent pas compétent, par exemple, pour identifier les habitudes culturelles qui peuvent avoir un impact sur les soins prodigués. Cette lacune l’empêche notamment de procéder à une évaluation adéquate de la santé mentale des patients et de dépister des troubles comme la dépression ou les états de stress post-traumatiques.

L’Unité Psy&Migrants a été créée pour répondre à l’accroissement des phénomènes migratoires et des conséquences en santé publique qui en découlent. Elle est composée d’une équipe multidisciplinaire qui propose un soutien spécialisé en clinique transculturelle et des formations ciblées à l’ensemble des collaborateurs du Département de Psychiatrie du CHUV pour faciliter leur travail avec les patients migrants. Dans le cadre du projet MFH/SHE elle a développé des consultations psychiatriques spécialisées pour les requérants d’asile vivant dans les centres EVAM du Canton de Vaud et présentant des troubles psychiques.

En savoir plus : Unité Psy&Migrants du Département de psychiatrie du CHUV

Personnes de contact : florence.faucherre@chuv.ch